Le Compendium
      Albert Balasse

Loupes de mise au point
ou loupes de photographe

Loupe de mise au point - Réglage par tirage - hauteur minimum et diamètre : 4,5 cm

TRAITÉ ÉLÉMENTAIRE DE PHYSIQUE EXPÉRIMENTALE ET APPLIQUÉE par A. Ganot - Paris - 1870

Lors des réglages, les premiers photographes utilisaient une loupe de mise au point qu'ils appliquaient contre le verre dépoli de la chambre photographique pour apprécier la netteté de l'image formée. L'opération terminée, ils remplaçaient le verre dépoli par un châssis renfermant la plaque sensible et réalisaient la prise de vue. La même loupe pouvait également être utilisée pour examiner une épreuve sur support transparent telle cette ancienne photographie sur plaque représentant un tableau de Jean Geoffroy, "Une sortie de classe", peint en 1888. 

Le modèle qui suit possède un réglage à vis. Cette vis comporte plusieurs filets ce qui permet un déplacement et un réglage plus rapide. L'avance axial par tour, c'est-à-dire le déplacement du tube fileté, est égal à 1 centimètre.

Loupe de mise au point - Réglage par vis multi-filets - hauteur de 6 à 9 cm - diamètre 5cm

La troisième loupe, de mêmes dimensions, est quelquefois nommée "loupe à vis d'Archimède" à cause de la grosseur des filets et de leur inclinaison particulièrement importante.  Il s'agit, comme pour le précédent instrument, d'une vis multi-filets. On en décompte, ici, 12 et une rotation d'un tiers de tour provoque la course complète de l'optique soit 3 cm. 

A droite, le dessin du Journal of the Royal Microscopical Society d'avril 1890 représente le "microscope photographique de DUBOSCQ. Une loupe similaire est utilisée pour la mise au point, conjointement avec la plaque de verre dépoli quadrillée et encadrée qui prend, un premeir temps, la place de la plaque sensible.

Ci-dessous une dernière loupe, de hauteur minimum égale à 3,5 cm, réglable par simple tirage, comme le premier modèle de cette page. Elle offre la possibilité de conserver, grace à un collier de serrage, la position optimum choisie par l'utilisateur...

Les instruments présentés sur cette page sont des "loupes composées" formées de deux lentilles minces, convexes, parallèles, séparées à peu de distance l'une de l'autre par une entretoise en bois jouant le rôle de diaphragme. Pour un grossissement équivalent, ce dispositif réduit les aberrations de sphéricité qui engendrent une déformation et une irisation du contour des images et que l'on rencontre en utilisant une seule lentille plus convergente donc plus épaisse.

Copyright © - 2007/2012-2021 - Le Compendium / Albert Balasse  - Tous droits réservés

LOUPES ET MICROSCOPES
DE POCHE

ou :

ACCUEIL

OPTIQUE

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                                 Albert BALASSE