Le Compendium
      Albert Balasse

Taschen Mikroskop (Microscope de poche)
"Mifalu III"

Sous le fond de la boîte, le tampon de Max Wolff, Opticien à Leipzig

Microscope Mifalu III dans son coffret de 9,5 x 9 x 4,5 cm - Allemagne, vers 1935

Le diamètre du tube optique est égal à 3cm. La longueur minimum de l'instrument est de 8 cm.

Lorsque l'instrument est utilisé en tant que microscope, celui-ci offre un grossissement de 50 ou de 75 fois selon que l'on visse sur le tube optique l'un ou l'autre des œilletons en bakélite noire. Chacun de ces œilletons porte un couple de lentilles plan-convexes dont les faces convexes sont en regard l'une de l'autre.

Si l'on a besoin d'un grossissement modéré, on utilise la loupe biconvexe classique à faible grossissement montée à demeure sur un cylindre ajouré et qui se range, lorsqu'elle n'est pas utilisée, à l'extrémité libre du tube optique.

A gauche, la loupe à faible grossissement, est posée sur la zone de l'objet à examiner : ici, une minuscule fleur de Ruine de Rome posée sur un éclat de pierre.

Un fin disque métallique muni d'une fenêtre carrée de 1 cm de côté permet, en le positionnant à la base du cylindre ajouré, de former un compte-fil.

Pour une utilisation du microscope, la préparation est glissée dans la fente latérale après avoir, en appuyant sur les ergots dépassant du tube optique, abaissé la platine à ressort qui coulisse à l'intérieur. La pression étant relachée, la préparation est immobilisée. On l'observe alors à contre-jour en dirigeant la base du microscope vers une source lumineuse. La mise au point est réalisée par rotation l'œilleton à vis.

Nous avons testé le microscope en examinant, au grossissement de 50, des préparations anciennes présentant les écailles d'un papillon, la coupe d'une tige de sapin et, avant tout, la très classique puce.

La dépression, bien visible sur l'œilleton en bakélite, empèche l'objectif de l'appareil photographique de s'approcher de la lentille frontale du microscope afin d'appréhender la totalité du champ comme peut le faire notre œil. Pour la prise de vue, nous avons privilégié les pattes de la bête, on devine pourquoi...

Ecailles de papillon (Sphinx)

Coupe transversale de tige de sapin

On rencontre cet instrument durant les années 1930 et au début des années 40. Il est proposé en boîte en bois ou en carton, comme le second exemplaire présenté à droite, et offre un ou deux grossissements. Ce second exemplaire de finition légèrement différente conserve ses lames de verre, dont une à concavité, dans leur papier de soie d'origine. Il est accompagné d'une notice d'utilisation écrite en caractères gothiques et portant la signature du constructeur A. SOINSKY, Mikroskope, München 25 . En avançant avec le temps, la bakélite est de plus en plus présente sur ces modèles, le métal est de plus en plus fin et le vernis doré disparaît au profit du nickelage...

Copyright © - 2007/2021 - Le Compendium / Albert Balasse  - Tous droits réservés

LOUPES ET MICROSCOPES
DE POCHE

ou :

ACCUEIL

OPTIQUE

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr                                                                 Albert BALASSE

 

395 / 24 juillet  2021